Actuel

13.10.2017

AGGLOlac: élaboration d’une variante «droit de superficie»

La société de projet «AGGLOlac» fait clarifier quelles incidences aurait un octroi des terrains à bâtir en droit de superficie pour réaliser le quartier projeté au bord du lac. Au vu de cette analyse, les Villes de Bienne et Nidau veulent élaborer une variante au modèle de financement actuel basé au contraire sur une vente de ces terrains.

Selon le modèle de financement poursuivi jusqu’à présent pour la réalisation du projet «AGGLOlac», les Villes de Bienne et de Nidau doivent vendre à la société Mobimo, en sa qualité d’investisseuse et de développeuse du projet, les terrains à bâtir prévus sur le territoire communal de Nidau en bordure du lac. Le produit des ventes doit couvrir les frais des deux villes pour la mise à disposition des terrains à bâtir ainsi que ceux liés aux infrastructures publiques et aux mesures visant à rendre attrayante la zone de détente au bord du lac. Les parlements de Bienne et de Nidau ont adopté ce principe en approuvant une convention de planification en 2013.

Ces derniers mois, des parlementaires des deux villes appartenant à des partis politiques différents ont remis en question le modèle de financement basé sur la vente des terrains. Dans leurs interventions, ils demandent à ce que les villes de Bienne et de Nidau ne vendent pas leurs terrains situés dans le périmètre du projet «AGGLOlac», mais les octroient au contraire en droit de superficie.

La société de projet «AGGLOlac», au sein de laquelle les deux villes et l’investisseur Mobimo coopèrent, considère certes, par principe, qu’il est problématique de revenir sur la question du modèle de financement après quatre années d’intense planification, mais ne veut pas se fermer au débat. Toutefois, une décision concernant une variante «vente» ou bien une variante «droit de superficie» ne devrait être rendue que lorsque les incidences sur le projet, en particulier sur l’aménagement des espaces publics et les affectations, seront connues. Pour ce faire, le Comité de pilotage de la société de projet «AGGLOlac» a donc décidé d’élaborer une variante au modèle de financement actuel. Il entend ainsi montrer une voie réaliste quant à la manière dont les deux villes peuvent financer la réalisation du projet «AGGLOlac» en octroyant leurs terrains respectifs en droit de superficie au lieu de les vendre.

Cette procédure doit permettre de garantir la présentation en temps utile aux deux parlements de Bienne et de Nidau de deux variantes traitées aussi largement l’une que l’autre quant au financement du projet «AGGLOlac» et entre lesquelles ils devront choisir. Étant donné que la variante «droit de superficie» demande de vastes clarifications, la société de projet «AGGLOlac» doit faire appel à des spécialistes externes. Les parlements de Bienne et de Nidau devront probablement se prononcer l’année prochaine sur les deux différentes variantes «droit de superficie» et «vente» à l’attention des ayants droit au vote biennois et nidowiens. Ceux-ci devront alors voter sur la vente ou l’octroi en droit de superficie des terrains à bâtir à l’investisseur Mobimo ainsi que sur le crédit relatif aux infrastructures publiques. Le Souverain de Nidau devra en plus se prononcer sur la révision de la réglementation fondamentale en matière de construction pour le périmètre du projet «AGGLOlac».

 


25.09.2017

AGGLOlac, premier «site 2000 watts» de la région

AGGLOlac a reçu le certificat «site 2000 watts» de SuisseEnergie et de l’association Cité de l’énergie. Cette distinction atteste que l’extension urbaine prévue au bord du lac remplit les critères de la société à 2000 watts pour une utilisation durable des ressources énergétiques.

Lors de la traditionnelle Journée de l’énergie organisée par l’Office fédéral de l’énergie qui a eu lieu aujourd’hui à Fribourg, l’association Cité de l’énergie a décerné le certificat «site 2000 watts» au projet AGGLOlac. L’extension urbaine prévue au bord du lac dépasse le seuil des 50 % pour tous les critères. L’évaluation a porté sur les domaines «bâtiments», «mobilité», «approvisionnement/dépollution», «système de gestion» et «communication/coopération». En moyenne, AGGLOlac atteint, selon la planification actuelle, 58 % du potentiel d’action énergétique théorique.

Promesses tenues
Le certificat a été attribué à la société de projet AGGLOlac, représentée par la mairesse de Nidau Sandra Hess, le maire de Bienne Erich Fehr, et Jürg Mosimann de la société Mobimo qui a développé le projet et qui joue le rôle d’investisseur. Lors de la cérémonie de remise, Sandra Hess a déclaré que la durabilité a toujours été l’un des objectifs centraux dans la planification d’AGGLOlac: «le certificat Site 2000 watts confirme que nous tenons nos promesses.» Nidau a adopté les objectifs de la société à 2000 watts qu’elle a également inscrits dans son Règlement municipal. Erich Fehr a, quant à lui, parlé d’une «grande satisfaction»: «pour nous, la durabilité écologique, économique et sociale n’a jamais été un concept creux destiné à vendre le projet à la population. Les deux villes et Mobimo souhaitent développer un site qui représente une plus-value à long terme pour toute la région.» C’est de cette manière uniquement qu’AGGLOlac aura une chance de voir le jour.

De la chaleur produite par l’eau du lac
Après la remise aujourd’hui de dix certificats, la Suisse compte 22 «sites 2000 watts» en développement ou en exploitation. AGGLOlac est le premier projet de la région Bienne-Seeland-Jura bernois à recevoir ce label. Lancé en 2008 par Nidau et Bienne, il prévoit le développement d’un quartier urbain de plus de 1500 résidents et résidentes sur l’ancien terrain de l’Expo.02 à Nidau. Il englobe également l’extension et la revalorisation de la ceinture d’espaces verts actuelle au bord du lac. Grâce à un réseau de chaleur puisant l’énergie thermique nécessaire dans l’eau du lac, le quartier pourra aisément renoncer aux énergies fossiles. Le projet s’accompagne d’un concept de mobilité, lui aussi fondé sur la durabilité. Il prévoit un maximum de 0,7 place de parc par logement. En surface, ce quartier situé à quelques pas de la gare sera largement exempt de voitures et bénéficiera d’un réseau étendu de chemins pédestres et de pistes cyclables. Les travaux devraient commencer au plus tôt en 2021.

Zertifikat 2000-Watt-Areal (pdf)

 


27.03.2017

Voyage virtuel dans la ville près du lac

A quoi pourrait ressembler la zone riveraine s'étendant de la plage de Bienne à celle de Nidau en 2030? Quels espaces libres publics et autres espaces verts seront à disposition de la population ? Les projeteurs ont reporté l’état actuel de leur travail dans un modèle informatique et laissent des drones virtuels planer à travers le paysage artificiel.

Ce que vous voyez n’est pas la réalité, mais une possible réalité. Toutefois, la plus plausible selon l’état actuel de la planification.

 



09.02.2017

AGGLOlac: des clarifications soignées demandent du temps

La planification de l’expansion urbaine vers le lac va bon train. Le traitement de certains aspects prenant toutefois un peu plus de temps que prévu, les votations populaires auront lieu au plus tôt fin 2018.

La décision de réaliser le projet AGGLOlac selon la conception existante ne sera pas prise avant fin 2018. Dès lors, les votations populaires prévues à Bienne et Nidau auront lieu au plus tôt à cette date. Sandra Hess, mairesse de Nidau, et Erich Fehr, maire de Bienne, l’ont annoncé hier soir lors d’une séance d’information destinée aux parlementaires des deux villes. Certains aspects de la planification nécessitent d’être encore approfondis tels que la mobilité ou la densité d’affectation et l’image du site (maison-tour). Ces points avaient justement déjà le plus donné lieu à des discussions lors de la procédure de participation de la population en 2015.

Pour Sandra Hess, le retard d’environ deux ans par rapport au calendrier initial ne constitue ni une surprise ni une déception comme elle l’a expliqué aux parlementaires présents : «Il est normal que le développement d’un quartier de cette taille pose de grands défis. Nous avons d’ailleurs toujours affirmé que nous prendrions le temps nécessaire, afin de trouver de bonnes solutions.» Il n’y pas d’obstacles insurmontables, et la planification suit son cours.

Erich Fehr a confirmé l’appréciation de sa consœur nidowienne: «Malgré quelques obstacles, que nous devons prendre en compte, les feux sont toujours au vert. Nos deux villes veulent s’en tenir aux objectifs définis initialement. Notre vision était et demeure celle d’un quartier urbain offrant à toute la population une plus-value en termes de qualité de vie et rendant notre région encore plus attrayante. Nous mettrons en œuvre cette vision pas à pas.»

Depuis 2012, les Villes de Bienne et Nidau associées à leur partenaire privé «Mobimo» travaillent intensément sur ce projet d’expansion urbaine au bord du lac. Maintenant que la population a pu s’exprimer sur la planification à l’automne 2015, l’adaptation de la réglementation fondamentale en matière de construction de la Ville de Nidau suit son cours. Après son examen préalable par le Canton de Berne, les plans et règlements pourront probablement être déjà mis en dépôt public avant la fin de cette année. Ensuite, après un remaniement éventuel, ils seront soumis en votation populaire à Nidau. Par la même occasion, les ayants droit au vote de Nidau et Bienne se prononceront sur l’octroi des terrains municipaux à l’investisseur «Mobimo» ainsi que sur le crédit nécessaire à la réalisation des équipements publics.

 

 

Merken

Merken